Communistes libertaires de la CGT

Au fil de l’actu

  • Montreuil : La mairie PCF met à pieds les militants syndicaux

    7 août
    Réunis en intersyndicale (CGT-FO-FSU-CNT) les employés municipaux se sont mobilisés tout le printemps contre la remise en cause d’acquis sociaux par le maire PCF (Patrice Bessac) de Montreuil (93).
    En plein mois d’aout, certains reçoivent des lettres de mise à pieds. Pour suivre toute l’affaire consultez leur page Facebook :
    En colère et debout - Intersyndicale des agents de Montreuil
  • Amiens : un congrès annulé 48h avant l’ouverture !

    6 août
    Le congrès de l’UD CGT de la Somme est reporté dans des circonstances pour le moins étonnantes. D’autant que ce report se double d’une attaque en règle contre le responsable du syndicat Educ’action qui a subi une attaque sournoise dans la presse régionale grâce à des fuites soigneusement organisées. Nous publions ici un courrier du syndicat Educ’action :
    Amiens le 23 juin 2016 Nous avons reçu lundi 21 juin à 17 heures ce mail de l’UD 80 : « Résolution de la CE de l’UD de la Somme Réunie ce mardi 21 juin 2016, la Commission Exécutive de l’Union Départementale de la Somme a examiné les conditions de la (...)
  • LAB : les UL du Pays Basque refusent le sectarisme

    30 juillet
    Différentes structures CGT au Pays Basque prennent position contre la tentative de faire interdire le syndicat indépendantiste LAB (adhérent de la FSM) pour les élections dans les TPE. Les unions locales de Bayonne et d’Hendaye, les cheminots de Bayonne, Hendaye et St-Jean-de-Luz, les hospitaliers de la Côte basque, les Territoriaux de Biarritz, la section locale des autoroutes du Sud, Dassault Biarritz et plusieurs autres syndicats CGT se sont exprimés contre l’attitude de la confédération en regrettant de n’avoir pas été consultés avant la décision. Les mêmes structures réclament au contraire une (...)
  • SNCF : La fédé CGT ne s’oppose pas à l’accord d’entreprise

    19 juillet
    La récente lutte des cheminots et cheminotes s’étale sur plus de 3 mois ; en juin, durant deux semaines elle a pris la forme d’une grève reconductible. Nous avions déjà dénoncé la déconnexion pratiquée entre les appels à la grève à propos des dossiers professionnels et les journées interprofessionnelles contre le projet de loi Travail. Tactique qui aboutit à la multiplication de grèves « carrées » (24 ou 48 heures) durant près de trois mois avant de se résoudre enfin à un appel à la grève reconductible. Cette tactique était désastreuse, amenant les cheminots à combattre sur les deux fronts séparément là où il (...)
  • STC et LAB : La justice bourgeoise n’est pas notre amie

    19 juillet
    La direction confédérale persiste dans l’erreur. Elle n’a rien retenue des années passées à tenter de faire interdire des syndicats SUD !
    Les fédérations CGT qui pensaient gagner en empêchant les créations de syndicats SUD n’ont donc pas tirer de bilan ! Non seulement le recours à la Justice bourgeoise n’a rien empêché, mais la CGT est durablement affaiblie par la fuite de militants révolutionnaires qui auraient du avoir toute leur place dans notre CGT.
    Lors des premières grandes vagues d’exclusions des secteurs et militants combatifs de la CFDT, la CGT a raté l’occasion de réparer le mal fait par (...)
  • Macron à la Mutu : La Fan-Zone du Medef fait le plein

    13 juillet
    Macron est le nouveau champion du libéralisme décomplexé. Qu’il choisisse de tenir son premier grand meeting ici n’est évidemment pas un hasard. Après avoir été un temple de toutes les gauches, la Mutu, privatisée et désormais hors de prix, est le symbole parfait pour une manifestation de la « gauche ultra-libérale ».
    La lie de l’humanité se pressait très tôt devant les portes : Députés socialistes, banquiers et commerciaux en uniforme, DRH et autres arrivistes de tout poil...
    Deux cent militants se sont retrouvés sur place pour conspuer le répugnant spectacle des vrais riches et de leurs apprentis aux (...)
  • Répressions policières : un 28 juin sous tension

    28 juin
    La manifestation parisienne s’est déroulée sous contrôle policier constant entre Bastille et Place d’Italie : chacune des 51 rues débouchant sur le parcours étaient bouclées avec camions et grilles. Toute personne pénétrant la zone de manifestation se retrouvait fouillée !
    Le matin la Bourse du Travail de Paris s’est retrouvée cernée et les militants voulant sortir des locaux de République se trouvaient fouillés avec contrôle d’identité. L’union départementale CGT a protesté vigoureusement.
    A Lille le blocage d’un rond point donne lieu à 8 interpellations. Un militant de l’UL CGT d’Armentières est sorti (...)
  • Mettling : itinéraire d’un valet du capital

    22 juin
    Bruno Mettling n’est pas devenu célèbre pour son rapport sur la distribution de la presse. Mais il faut commencer petit quand on a de l’ambition !
    Bruno Mettling est en revanche bien connu pour avoir déposé en septembre dernier un rapport à Mme El Khomri, ministre déjà du travail. Ce rapport comportait 36 propositions dont la plus énorme prévoyait l’extension du forfait jour à toutes sortes de salariés pour contourner les 35h et les temps de repos obligatoires entre deux journées de travail.
    A l’occasion d’une nouvelle promotion, c’est son parcours qu’il convient de rappeler tant il est significatif (...)
  • Interdiction levée : Paris soulève toi ce 23 juin !

    22 juin
    Avec l’interdiction de la manifestation parisienne, le gouvernement fait le choix de monter le niveau de l’affrontement avec les travailleurs. Il compte sur une victoire à la Thatcher pour écraser définitivement le syndicalisme de lutte ! Il compte effrayer les bureaucraties syndicales ramollies et diviser durablement les directions confédérales.
    Hollande et Valls ne nous laissent pas d’autre choix que de gagner en frappant encore plus fort. A partir du 23 juin c’est grèves, blocages et sabotages ! L’été sera chaud !
    actualisation mercredi 18h00 : In extremis le gouvernement est contraint à une (...)
  • 23 juin : Tous et toutes à la manif !

    21 juin
    Après le 49-3 au Parlement, le gouvernement PS nous inflige un 49-3 dans la rue ! Hollande et Valls ont décidé de pousser les 7 syndicats, et en particulier la CGT, dans leurs derniers retranchements avec l’objectif d’affaiblir et discréditer le syndicalisme de lutte. Soit les 7 se dégonflent et leur base entre en colère, soit la manif du 23 se termine en tragédie et les dirigeants « modérés » reprennent la main sur les appareils confédéraux... Sinistre calcul que nous battrons en brèche dans la rue, dans les blocages et dans la grève (...)

Débats du 51° congrès

  • Congrès : Notes du vendredi 22 avril

    23 avril
    Courte séance ce vendredi matin. La CEC est élue très largement (entre 84 et 97%) ce qui pourrait surprendre après les votes des résolutions et la tension dans les débats. Il est probable que la majorité des syndicats expriment alors leur désir de tourner la page de la crise de direction ouverte avec l’affaire Lepaon. Probable aussi que le compromis imposé par la direction confédérale sur le thème de la grève reconductible mise en débat soit in fine apprécié comme une petite victoire par l’aile la plus combative, et comme une prudence raisonnable par l’aile la plus pessimiste.
    Ce n’est qu’après le vote, (...)
  • Congrès : Notes du jeudi 21 avril

    22 avril
    La séance s’ouvre par l’annonce du vote du thème 3 sur le rapport au politique : abstention : 9% contre : 36%.
    Le débat reprend sur le thème 4 : le syndicalisme international. Des délégués expliquent leur travail dans des multinationales, leurs contacts avec les syndicats de différents pays. Une camarade sénégalaise est invitée à s’exprimer. Des camarades proposent l’organisation de grèves européennes contre l’austérité ou par branche comme dans les fonctions publiques. La dénonciation de l’inauguration du congrès de la CES cet hiver à Paris par Hollande et Juncker est applaudie. Les différentes (...)
  • Congrès : Notes du mercredi 20 avril

    21 avril
    La matinée reprend avec le débat sur notre démarche syndicale, le thème 1. Les futurs comités régionaux inquiètent plusieurs délégués qui se prononcent pour une coordination des UD mais contre des « super-préfets ». Le seul amendement significatif intégré par la commission souligne, comme pour répondre aux craintes, qu’il faut donner plus de moyens aux unions locales. Un délégué de la construction (Toulouse) pose la question de syndicaliser les jeunes scolaires, d’autant qu’ils passent de plus en plus de temps en stages à l’entreprise. Mais dans son rapport d’ouverture, Martinez avait d’entré écarté cette (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0