Communistes libertaires de la CGT

A propos de la « résistible ascension de Philippe Martinez »

jeudi 25 février 2021

Il y a deux raisons de lire le livre du journaliste Jean-Bernard Gervais « Au royaume de la CGT, la résistible ascension de Philippe Martinez » :

Soit vous avez déjà tout lu sur l’histoire de la CGT et vous avez du temps pour continuer ; soit vous ne saviez rien de l’ambiance délétère qui règne dans nombres de directions d’UD, de Fédé comme à Montreuil et la curiosité vous pique.

Le journalisme d’infiltration est à la mode : dans le FN, dans la police... avec parfois des reportages percutants à la clé.

Rien de tout ça ici à part un mépris et une rancoeur inépuisable (envers des responsables qui parfois le mérite mais pas toujours). Mais pas une once d’analyse politique du pourquoi, du comment on en est arrivé là. Pas une ligne sur le rôle de la franc-maçonnerie dans la CGT parce que sur ce sujet il y aurait eu matière à une vraie enquête et à un vrai scoop.

Ultra-sensible aux réflexions racistes, Gervais parsème son récit d’anecdotes sexistes qui finissent par choquer.

En fait Gervais est le prototype du système qu’il dénonce : le poids des « conseillers » confédéraux, rarement issus d’un vrai parcours syndical, qui se sont substitués progressivement aux militants dans les étages de Montreuil.

Et puisque Gervais insiste lourdement sur l’hypocrisie que serait la venue de Martinez dans toutes les entreprises en lutte, nous y trouvons, nous, militants de terrain, une vraie satisfaction au regard de ses prédécesseurs.

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai 2019
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai 2019
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai 2019
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai 2019
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai 2019
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0