Communistes libertaires de la CGT

Commerce : La justice invalide le congrès de la Fédération

vendredi 23 novembre 2018

Sans surprise, le tribunal de Bobigny invalide la tenue du dernier congrès de la fédération Commerce. Il est temps que les syndicats reprennent la main sur le vie fédérale et que cesse la manipulation des isolés. Voici la déclaration des syndicats qui attaquaient la direction fédérale en justice :

Communiqué des cinq syndicats

Le tribunal annule le congrès de la fédération du commerce : et maintenant ?
A la demande de nos syndicats ANSAMBLE, PRINTEMPS HAUSSMANN, MC DO ILE DE France, GERANTS CASINO et de l’US COMMERCE DE PARIS, le TGI de Bobigny a prononcé jeudi 22 novembre l’annulation du congrès de la fédération qui s’est tenu du 19 au 23 mars 2018.
Cette annulation ne constitue pas une surprise. La fédération a multiplié les violations de ses propres statuts dans l’organisation et le déroulement de ce congrès.
Ces violations, nous les avons toutes soulevées : à elle-seule, la première a suffi à l’annulation, sans qu’il ne soit besoin, pour le juge, d’examiner les autres !
Dans un communiqué, la fédération annonce avoir décidé à la fois de « prendre acte de la décision », de faire appel et… de continuer comme si de rien n’était.
C’est une position totalement irresponsable.
Juridiquement, l’appel suspend les effets de la décision du TGI… jusqu’à la décision de la cour d’appel.
Mais il est tout à fait possible que la cour d’appel confirme la décision. Nous le répétons, un seul grief a suffi au tribunal de Bobigny, sans qu’il ne lui soit besoin d’examiner les autres. La juge des référés, qui avait pourtant rejeté notre demande de suspendre les travaux du congrès au motif de l’absence d’urgence, avait elle-même relevé des irrégularités.
Or, cet appel met en danger l’ensemble de la CGT.
Car l’annulation du congrès entraîne la nullité de tous les actes pris par la fédération depuis le congrès. Une nullité relative, certes, mais qui pourra être soulevée à l’occasion de tout procès. Désignations, dépenses engagées, mandatements et candidatures au congrès confédéral : tout pourrait être remis en question. Or, en faisant appel dans le seul but de protéger quelques places, la fédération fait peser plus longtemps cette dangereuse période d’incertitude, sur tou.te.s les syndiqué.e.s et sur toute la confédération.
Nous l’engageons plutôt à ouvrir, enfin, le dialogue et nous montrer si, comme elle l’affirme, son seul adversaire, c’est vraiment le patronat et que son intérêt, c’est seulement celui des salariés.
Nous appelons encore une fois l’ensemble de notre organisation à intervenir pour que la sagesse l’emporte sur l’irresponsabilité.
Nous avons saisi le juge sous la contrainte, pour que le syndicat reste au cœur de la CGT, pour que les statuts de nos organisations ne deviennent pas un chiffon de papier, pour que vive une véritable démocratie syndicale et pour que ne soient pas exclus de la CGT des militants et des syndicats qui se battent comme les autres, pour la faire vivre au quotidien.
Nous continuons d’espérer qu’à l’avenir, il puisse en être autrement. Pour cela, nous serons, bien sûr, toujours disponibles. Mais c’est l’ensemble de la CGT qui doit se rendre disponible pour qu’une fédération de l’importance de la nôtre ne finisse par mourir du fait de l’inconséquence de quelques-un.e.s.
Nous croyons au fédéralisme, mais nous pensons que la fédération du commerce et des services, c’est l’affaire de toutes et de tous dans la CGT. Tous ensemble, montrons que nous pouvons en sortir par le haut !

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0