Communistes libertaires de la CGT

Commerce : Le congrès aura bien lieu

dimanche 18 mars 2018

Nous publions ici le communiqué du syndicat Ansamble :

Communiqué du 14 mars 2018

Saisi par treize syndicats d’une demande de suspension du congrès de la fédération du commerce (19 au 23 mars 2018, le juge des référés de Bobigny n’a pas fait droit à nos demandes.

Toutefois, les graves violations des statuts fédéraux par les organisateurs du congrès produisent des conséquences inacceptables. Elles dénaturent le congrès et réduisent les syndicats de la fédération à une position minoritaire (30% des voix).
Les « individuels » dont un nombre très réduit a effectivement participé aux travaux de préparation du congrès sont instrumentalisés pour constituer une masse de voix (70%) qui garantit la direction sortante de tout « accident ».

A Paris, par exemple et à cinq jours du début du congrès, les 1500 individuels seront « représentés » par une personne dont ils ne connaissent toujours pas l’identité et auprès de laquelle ils n’ont pu exprimer aucune position sur les votes du congrès. Ce (tte) délégué (e) portera pourtant leurs voix.

Dans le même temps, des syndicats parmi les plus gros de la fédération se sont vu contester les délégués qu’ils ont démocratiquement désignés et n’ont reçu à ce jour aucune convocation pour le congrès.

Enfin, les modifications des statuts proposées par la fédération et dont elle garantit l’adoption par l’utilisation des voix des individuels sont destinées à donner à la fédération :

  • une emprise complète sur les syndicats qui la constituent- des règles d’organisation du congrès qui lui assureront une majorité perpétuelle.

Il est bien évident que dans ces conditions, nous ne satisfaisons pas de la décision du juge des référés de Bobigny et nous explorons toutes les voies de recours possibles.
Pour la CGT Ansamble le communiqué du 14 mars 2018 de la fédération démontre à l’évidence que le bureau fédéral du Commerce ne sait pas ce qu’est un référé qui ne juge que dans l’urgence face à un trouble manifeste et illicite. Le référé ne juge pas sur le fond.
Affirmer dans le communiqué du 14 mars 2018 que le juge de référé « confirme tous les choix politiques de la fédération en termes de démocratie et de règles de vie statutaires » est juste une très mauvaise lecture de cette ordonnance ou une mauvaise blague faite délibérément par la fédération.
Ainsi la fédération se félicite de cette décision qui n’est pourtant en aucun cas un blanc-seing pour la fédération, bien au contraire, d’ailleurs le juge dans son ordonnance a débouté la fédération sur 2 demandes : ( La FD oublie de le préciser dans sa com )

Le juge a déclaré recevable les demandes des treize syndicats
Le juge a déclaré faire droit de la capacité à agir des treize syndicats dans la cause.

Pour une bonne lecture et contrairement au communiqué de la fédération du 14 mars 2018 cette ordonnance du tribunal n’est donc pas sans équivoque et ne valide en aucun cas les choix politiques de la fédération mais il est préférable, pour la fédération, d’occulter ces détails avant congrès.
Nous noterons également que si la fédération du commerce et des services détourne allègrement cette ordonnance du 14 mars 2018 à son profit elle n’a jamais communiqué sur ses plusieurs condamnations devant le tribunal d’instance de Vannes en violation des statuts fédéraux ! Un oubli est toujours possible.

Débats du 51° congrès

  • Congrès : Notes du vendredi 22 avril

    23 avril 2016
    Courte séance ce vendredi matin. La CEC est élue très largement (entre 84 et 97%) ce qui pourrait surprendre après les votes des résolutions et la tension dans les débats. Il est probable que la majorité des syndicats expriment alors leur désir de tourner la page de la crise de direction ouverte avec l’affaire Lepaon. Probable aussi que le compromis imposé par la direction confédérale sur le thème de (...)
  • Congrès : Notes du jeudi 21 avril

    22 avril 2016
    La séance s’ouvre par l’annonce du vote du thème 3 sur le rapport au politique : abstention : 9% contre : 36%.
    Le débat reprend sur le thème 4 : le syndicalisme international. Des délégués expliquent leur travail dans des multinationales, leurs contacts avec les syndicats de différents pays. Une camarade sénégalaise est invitée à s’exprimer. Des camarades proposent l’organisation de grèves européennes (...)
  • Congrès : Notes du mercredi 20 avril

    21 avril 2016
    La matinée reprend avec le débat sur notre démarche syndicale, le thème 1. Les futurs comités régionaux inquiètent plusieurs délégués qui se prononcent pour une coordination des UD mais contre des « super-préfets ». Le seul amendement significatif intégré par la commission souligne, comme pour répondre aux craintes, qu’il faut donner plus de moyens aux unions locales. Un délégué de la construction (Toulouse) (...)
  • Congrès : Notes du mardi 19 avril

    20 avril 2016
    Après les applaudissements d’usages aux nouveaux invités présents (Solidaires et Unef mais l’arrivée d’un représentant du PCF n’est toujours pas anoncée), le bureau du congrès donne les réponses attendues : Oui il y aura une résolution d’actualité mais pas de commission : c’est le bureau du congrès qui la présentera. Non la commission candidature ne sera pas ouverte aux délégués puisqu’elle est déjà (...)
  • Congrès : Notes du lundi 18 avril

    19 avril 2016
    C’est au groupe musical Zabo qu’il revenait de donner le ton du congrès dans une interprétation pétillante d’une chanson de Georges Moustaki « je voudrais sans la nommer vous parler d’elle », une chanson écrite en 1969 à la gloire de la révolution permanente !
    Un cran en dessous du symbole, le secrétaire de l’UD des Bouches du Rhône dans son discours d’accueil faisait applaudir les luttes emblématiques (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0