Communistes libertaires de la CGT

De Sud à Solidaires : Une étude de Sophie Béroud

samedi 3 avril 2021

Sophie Béroud est bien connue des militants CGT. Son expertise est régulièrement sollicitée pour des colloques confédéraux comme pour ceux des Instituts d’Histoire Sociale. Docteur en science politique, elle s’est spécialisée sur l’étude sociologique du syndicalisme et des mouvements sociaux. Elle publie* avec Martin Thibault un petit livre très dense et passionnant qui revient sur 30 ans d’histoire sociale et syndicale, Gilets jaunes inclus, à travers l’histoire des premiers syndicats SUD jusqu’à la création de Solidaires.

Dans une première partie historique qui commence nécessairement en 1968, elle explique comment la CGT va se priver d’être irriguée, au risque d’être bousculée, par la vague de jeunes militants gagnés aux différentes organisations d’extrême-gauche. Cette génération finira fortement impliquée dans la « gauche CFDT » qui deviendra rapidement « l’opposition CFDT » avant d’être exclue et de fonder les premier Sud. Elle ne précise pas, et cela mériterait pourtant d’être creusé, que le projet de création de Sud-PTT, débattu au comité central de la LCR, est très majoritairement rejeté, condamnant le principe de syndicats « rouge » et la création d’une division syndicale supplémentaire.

La deuxième étape qui passe d’abord par le « Groupe des 10 » que les premiers Sud fondent avec de vieux syndicats autonomes, non confédérés, dont le SNUI, très puissant au ministère des Finances, aboutira à la création de Solidaires. Les obstacles posés à cette progression lente mais constante par les patrons, les gouvernements et les anciennes confédérations sont rapidement mais clairement évoquées.

La partie qui discute les contradictions posées par des valeurs syndicales radicales et « basistes » avec l’extension du recrutement et la tension née de l’accès à la représentativité et l’institutionnalisation est également remarquable. On en tire sans difficulté l’idée que Solidaires, en devenant « normale » rencontre les mêmes questions qui coincent dans la CGT. Et que si la question d’une réunification du syndicalisme de classe ne se pose pas aujourd’hui (c’est toujours plus facile de scissionner...) on voit bien que le mélange des deux cultures syndicales seraient un plus bénéfique aux deux organisations.

Dans une dernière partie, plus sociologique, elle raconte, pour avoir enquêté sur le temps long, l’odyssée d’un groupe de cheminots militants à Sud-Rail. C’est passionnément humain, y compris pour celui qui cache son Bac+5 pour se faire embaucher mais qui fuira rapidement le travail...

La conclusion autour des Gilets jaunes porte le seul conseil que le livre donne aux syndicalistes. Constatant que les « Rond-Points » occupés furent des espaces d’échange et de démocratie directe ressemblant aux Bourses du Travail dans leurs origines anarcho-syndicalistes, Sophie Béroud nous propose de relancer des lieux de proximités ouverts, revendicatifs, juridiques, solidaires et culturels en dépassant les clivages organisationnels tant il est vrai que la CGT peine à maintenir ses UL quand Solidaires peine à en ouvrir... Un travail commun interpro qui pourrait favoriser, qui sait, une réunification qui refermerait la plaie ouverte en Mai 68 ?

*En luttes ! Les possibles d’un syndicalisme de contestation par Sophie Béroud et Martin Thibault, Raison d’agir février 2021 ; 10 euros.

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai 2019
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai 2019
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai 2019
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai 2019
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai 2019
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0