Communistes libertaires de la CGT

Délocalisations : le capitalisme, sans fin, sans freins...

mercredi 23 septembre 2020

Malgré les ruptures d’approvisionnement dues à la crise du Covid et les déclarations politiciennes (dont nous ne partageons pas les postures patriotardes) les délocalisations de productions industrielles continuent. Elles rongent l’emploi productif, les acquis sociaux et l’objectif d’une diminution écologiquement nécessaire des productions inutiles. Elles nous éloignent aussi d’une maitrise partagée des savoirs faire par bassin de vie, au plus près des besoins sociaux réels.

Dans une enquête réalisée par Francine Aizicovici et Aline Leclerc publiée par Le Monde du 22 septembre l’hécatombe se poursuit, avec pour seule réalité le moindre coût salarial. Confirmant ce que nous écrivions déjà : les quelques « relocalisations » qui se produiront suite aux crises d’accès à certaines fournitures durant le Covid-19 seront de simples transferts d’Asie vers l’Est européen et la proche méditerranée : Bulgarie, Roumanie, Tunisie, Maroc pour l’essentiel. Et les sites installés en France suivront ces mêmes trajets.

Ainsi l’enquête évoque les cessations partielles ou totales d’activités des bateaux Zodiac, des tracteurs Yto, des cuisinières Rosières, de l’éclairage public Comatelec et ZG Europhane. Ce dernier choisit l’Angleterre, ce qui en dit long sur l’effondrement social et politique de ce pays... Enfin l’article souligne que l’on attend avec inquiétude les décisions des directions de General electric et de Schneider electric...

Une fois encore la logique de l’économie de marché met en concurrence les travailleurs entre eux. Si elles étaient menées avec suffisamment de conviction et de soutien politique, les luttes pourraient freiner le phénomène mais dans le contexte, il est a craindre que l’emploi ne revienne dans nos régions que quand les conditions sociales seront harmonisées... par le bas.

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai 2019
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai 2019
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai 2019
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai 2019
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai 2019
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0