Communistes libertaires de la CGT

Fédés et UDs : Un Appel inédit à la veille du congrès !

vendredi 29 mars 2019

Nous publions ici l’appel signé de deux fédérations et plusieurs UD CGT. Nous pouvons en partager l’appel à l’unité avec les mouvements sociaux en cours et à l’ensemble des organisations « progressistes ». Encore faudrait-il faire la clarté sur ce terme !

Car le texte fait l’impasse sur le fait que les reculs historiques que nous subissons depuis des années, qui se sont accélérés avec le gouvernement Hollande, pour atteindre la déferlante Macron commencent avec des gouvernements PS/PC/Verts...

La liste faite de nos adversaires politiques épargne étrangement le PS ! Et la proposition d’un front populaire prend d’un seul coup un air de déjà vu/déjà perdu !

Bref un texte qu’il faut connaitre et qui fera débat...

Gouvernement-Medef veulent tout détruire !!!
Pour faire face aux politiques réactionnaires opposons un front populaire !!!
APPEL DES FÉDÉRATIONS ET UNIONS DÉPARTEMENTALES CGT :
FNIC, Commerce, UD 94, 04, 59, 41, 66, 95, 18, 13
AUX ORGANISATIONS SYNDICALES, POLITIQUES, ASSOCIATIVES
PROGRESSISTES ET AUX MILITANTS-ES PROGESSISTES
ENGAGÉS DANS LES MOBILISATIONS EN COURS :
GILETS JAUNES, GILETS ROSES, CLIMAT, LOGEMENT
Emmanuel MACRON, son gouvernement et sa majorité, ne cachent plus leurs intentions de détruire notre modèle social et l’ensemble des conquis sociaux constituant les droits et garanties individuels et collectifs du monde du travail et des populations.
Pour satisfaire l’appétit des marchés financiers et des actionnaires tout doit y passer.
La rigueur financière est de mise et tout ce qui entrave le profit doit disparaître au
bénéfice du grand patronat. De concert avec l’Union Européenne, tous les moyens sont mis pour satisfaire le Medef :

  • casse du droit du travail,
  • casse de la Fonction Publique,
  • mise en concurrence et privatisation des secteurs publics,
  • casse de la Sécurité Sociale,
  • casse de notre système de retraite solidaire par répartition,
  • casse de nos industries,
  • plans de licenciements massifs dans de nombreux secteurs.
    Ces politiques ont des conséquences dramatiques sur nos conditions de travail et de vie. Elle n’épargne personne, salariés du privé et du public, retraités, jeunes, chômeurs et précaires, tous subissent les effets des choix politiques réactionnaires à l’oeuvre dans le pays.
    Face à cela de nombreuses luttes sont menées dans les entreprises et administrations. Elles portent le rejet de ces mauvais coups et l’exigence d’autres solutions porteuses de progrès social et débouchent parfois sur des victoires. Les revendications portées par ces luttes sont souvent identiques à celles portées par des centaines de milliers de gilets jaunes depuis 4 mois maintenant, en particulier sur les injustices sociales et fiscales, sur l’exigence d’une autre répartition des richesses, sur le besoin de Services Publics, sur les questions environnementales etc…

Tous ces mouvements illustrent concrètement la volonté d’une grande majorité de
travailleurs, retraités, chômeurs, jeunes, d’en finir avec les logiques du capital
d’accaparation des richesses au bénéfice de quelques privilégiés, de mise en concurrence des travailleurs et des peuples, de saccage de la planète, de toutes ces logiques qui rendent chaque jour la vie plus difficile et l’avenir incertain.
En guise de réponse, le président de la République, son gouvernement et le patronat
usent de la répression d’un côté et de la manipulation de l’autre.
Le grand débat d’Emmanuel MACRON n’apportera rien de bon à celles et ceux qui
subissent ses politiques, il n’y a rien à attendre d’un pouvoir aux ordres du patronat qui s’apprête à rendre toute contestation impossible en interdisant les manifestations.
Les choses sont claires, ce que nous obtiendrons sera le fruit du rapport de force que
nous saurons créer. De ce point de vue, la situation interpelle l’ensemble des
organisations syndicales, associatives et politiques du pays qui composent le camp
progressiste, tout comme celles et ceux qui, depuis 4 mois, luttent avec les gilets jaunes quant aux solutions à mettre en oeuvre pour faire émerger un mouvement social capable de mettre un coup d’arrêt aux politiques de régression sociale en cours dans le pays.
Sans avoir de solutions toutes faites, il nous faut partir de quelques constats évidents :

  • tout d’abord l’attaque est globale et concerne donc tous les secteurs, toutes les
    catégories de travailleurs et toutes les générations,
  • l’ensemble du camp réactionnaire est mobilisé et uni pour imposer ses choix. A
    l’unisson, La République En Marche, la droite, l’extrême droite et le patronat, travaillent à rendre inéluctable les sacrifices qu’on nous impose. Pour cela, ils oeuvrent à la culpabilisation, au fatalisme et à la division de ceux qui auraient intérêt à s’unir pour changer les choses. Cela, avec l’appui des grands médias qu’ils possèdent quasiment tous.
    A ce jour, la division des organisations progressistes, l’éparpillement des luttes dans et hors de l’entreprise, pèsent sur nos capacités collectives à élever le rapport de force. Or, si l’attaque est globale, la riposte pour être à la hauteur doit l’être aussi.
    Pour cela, il nous faut agir ensemble, dans l’unité la plus large, afin de conforter et faire converger toutes les luttes en cours et donner envie, courage et détermination au plus grand nombre afin d’élever le mouvement social à la hauteur des enjeux. Cela doit se faire par un dialogue entre nos organisations et les gilets jaunes partout, à tous les niveaux et déboucher sur des revendications communes nous permettant de fédérer et de mettre en mouvement le plus grand monde. Les sujets ne manquent pas et les solutions non plus, les questions d’emplois, des salaires et pensions, la justice fiscale, etc…

Dans l’intérêt général, ce qui nous rassemble doit primer sur ce qui nous divise et nous sommes persuadés qu’en construisant ensemble une plateforme revendicative en rupture avec les logiques du capital, porteuse de perspectives de progrès, nous pouvons y arriver. Les moyens existent pour le faire, il nous faut aller chercher ensemble les richesses que nous produisons et qu’on nous vole.
Parce que la victoire et possible, parce qu’ensemble nous pouvons le faire, les
organisations signataires appellent l’ensemble des organisations syndicales, associatives, politiques, les gilets jaunes, toutes celles et ceux qui refusent la dictature du capital, à s’engager dans la réussite d’une grande mobilisation nationale à Paris le 27 avril prochain.
D’ici là, créons partout les conditions de la réussite de toutes les actions et
manifestations en semaine et les samedis.

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0