Communistes libertaires de la CGT

Filpac : ça bouge dans les syndicats

samedi 21 mai 2016

La Filpac connait depuis des années une crise larvée qui paralysait en partie son activité. La défiance entre syndicats parisiens, les plus gros du pays, aboutissait à un éclatement en deux branches :
d’un côté le maintien d’une structure dite du Comité Inter avec le syndicat des Correcteurs, la scission des rotativistes de presse quotidienne qui quittaient le Syndicat Général pour fonder leur syndicat le SIP, la sécession de la section routage (REC qui devait se dissoudre rapidement), la transformation de la Chambre Typographique en Info’com qui entrait en concurrence directe avec les journalistes du SNJ-CGT.
de l’autre côté le Syndicat général du livre et de la communication écrite (SGLCE) qui regroupait encore plus de 2 000 adhérents dans le secteur Labeur, la distribution (Presstalis et SAD), les départs et la maintenance de presse quotidienne, un secteur employé important et les entreprises de routage qui n’avaient pas suivis les secrétaires dans la sécession. Le SGLCE entretient d’excellentes relation avec le SNJ-CGT.
Alors que le premier pôle dirigeait la Fédération, le SGLCE se retrouvait en opposition forte avec la fédération. La divergence, sur plusieurs dossiers professionnels, avait pris un tour plus dur en 2010 quand le SGLCE arrêtait la presse nationale à chaque journée d’action pour les retraites contre l’avis du pôle fédéral qui traitait alors les grévistes d’aventuriers...
Le dernier congrès à l’automne semblait avoir apaisé les tensions. Mais c’est finalement le bloc fédéral qui a implosé de lui-même, certains secteurs refusant de laisser la communication fédérale, sur une ligne très gauche, aux mains d’un seul militant par ailleurs dépourvu de mandat électif. Communication très gauche qui ne convenait pas aux secteurs les moins combatifs, mais pas plus qu’aux secteurs combatifs (dans le papier-carton entre autre) car ne reposant sur aucune réalité pratique...
Mis en minorité à la direction fédérale à l’occasion d’un appel à rejoindre « Nuit Debout » (lancé par Info’com, le SIP et le syndicat de Bordeaux) le secrétaire fédéral, issu d’Info’com, a mis sa démission sur la table. Comme dans l’affaire de la communication fédérale, le texte en lui-même n’était pas inintéressant, mais en décalage total avec les pratiques réelles. D’ailleurs, alors qu’Info’com avait programmé un rendez-vous avec Nuit Debout dans une imprimerie à La Courneuve, les rotativistes du SIP ont finalement refusé d’accueillir Nuit Debout, plaçant même un SO à l’entrée de l’imprimerie au cas où !!!
Reste à savoir quelle direction fédérale va émerger de cette situation, complexe. Et sur quelle orientation syndicale. La priorité étant, de toute évidence, de créer les conditions d’un retour à un travail commun de toutes les parties.
En attendant, la situation syndicale parisienne vient de connaitre un petit évènement avec une vraie portée symbolique : le Syndicat des Correcteurs, très affaibli par la quasi élimination du métier en presse, fait le choix lors de son AG ce jour d’intégrer le Syndicat Général du Livre. Créer en 1881 et longtemps dirigé par des libertaires prestigieux, il poursuivra son travail dans le cadre d’une section du SGLCE. Un rapprochement qui devrait être mutuellement avantageux.

Débats du 51° congrès

  • Congrès : Notes du vendredi 22 avril

    23 avril 2016
    Courte séance ce vendredi matin. La CEC est élue très largement (entre 84 et 97%) ce qui pourrait surprendre après les votes des résolutions et la tension dans les débats. Il est probable que la majorité des syndicats expriment alors leur désir de tourner la page de la crise de direction ouverte avec l’affaire Lepaon. Probable aussi que le compromis imposé par la direction confédérale sur le thème de (...)
  • Congrès : Notes du jeudi 21 avril

    22 avril 2016
    La séance s’ouvre par l’annonce du vote du thème 3 sur le rapport au politique : abstention : 9% contre : 36%.
    Le débat reprend sur le thème 4 : le syndicalisme international. Des délégués expliquent leur travail dans des multinationales, leurs contacts avec les syndicats de différents pays. Une camarade sénégalaise est invitée à s’exprimer. Des camarades proposent l’organisation de grèves européennes (...)
  • Congrès : Notes du mercredi 20 avril

    21 avril 2016
    La matinée reprend avec le débat sur notre démarche syndicale, le thème 1. Les futurs comités régionaux inquiètent plusieurs délégués qui se prononcent pour une coordination des UD mais contre des « super-préfets ». Le seul amendement significatif intégré par la commission souligne, comme pour répondre aux craintes, qu’il faut donner plus de moyens aux unions locales. Un délégué de la construction (Toulouse) (...)
  • Congrès : Notes du mardi 19 avril

    20 avril 2016
    Après les applaudissements d’usages aux nouveaux invités présents (Solidaires et Unef mais l’arrivée d’un représentant du PCF n’est toujours pas anoncée), le bureau du congrès donne les réponses attendues : Oui il y aura une résolution d’actualité mais pas de commission : c’est le bureau du congrès qui la présentera. Non la commission candidature ne sera pas ouverte aux délégués puisqu’elle est déjà (...)
  • Congrès : Notes du lundi 18 avril

    19 avril 2016
    C’est au groupe musical Zabo qu’il revenait de donner le ton du congrès dans une interprétation pétillante d’une chanson de Georges Moustaki « je voudrais sans la nommer vous parler d’elle », une chanson écrite en 1969 à la gloire de la révolution permanente !
    Un cran en dessous du symbole, le secrétaire de l’UD des Bouches du Rhône dans son discours d’accueil faisait applaudir les luttes emblématiques (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0