Communistes libertaires de la CGT

Goodyear-Amiens au 51° Congrès

samedi 9 avril 2016

Les camarades de Goodyear font signer un appel pour le 51° congrès que nous relayons volontiers ci-dessous :

Mais que fout la Confédé CGT ?

(texte pour le 51e congrès signés par les adhérents de la CGT Goodyear et des milliers d’autres militants CGT)

Mais qu’attendent ils pour jeter toutes nos forces dans la bataille contre la loi travail ?

La CGT c’est notre organisation syndicale, elle est forte de centaines de milliers de militants. Si nous le décidons, dans les conditions actuelles nous sommes capables d’organiser à PARIS le 28 avril une MANIFESTATION UNITAIRE de plus d’un million de personnes pour arracher le retrait de la loi travail.

Nous savons que, si la CGT joue son rôle, nous allons gagner.

Lorsque notre syndicat mobilise toutes ses forces, nous sommes capables :

-d’empêcher les multinationales qui font des milliards de profits de fermer leurs sites et de détruire nos emplois de participer à la gestion de notre entreprise pour imposer l’investissement et les créations de postes

-de reprendre les usines que les actionnaires veulent fermer, afin de poursuivre l’activité, maintenir les emplois et créer des entreprises dirigées par ceux qui y travaillent

  • d’établir une nouvelle répartition de la valeur ajoutée en augmentant les salaires et en diminuant le temps de travail, en prenant le pouvoir économique et social au capital

-de refaire de la grève massive, générale et du blocage des moyens de production un instrument de la lutte des salariés

Donc, que fout la Confédé, pourquoi n’est elle pas aux avants postes ?

Il faut que ça change et le 51ème Congrès doit être le tournant par lequel la CGT reprend possession de ses forces.

Faisons ce que nous sommes capables de faire !

Et d’abord, décidons à notre congrès à Marseille d’organiser une manifestation d’une ampleur sans précédent le 28 avril TOUS ENSEMBLE A PARIS pour imposer le retrait de la loi El-Kohmri

Débats du 51° congrès

  • Congrès : Notes du vendredi 22 avril

    23 avril 2016
    Courte séance ce vendredi matin. La CEC est élue très largement (entre 84 et 97%) ce qui pourrait surprendre après les votes des résolutions et la tension dans les débats. Il est probable que la majorité des syndicats expriment alors leur désir de tourner la page de la crise de direction ouverte avec l’affaire Lepaon. Probable aussi que le compromis imposé par la direction confédérale sur le thème de (...)
  • Congrès : Notes du jeudi 21 avril

    22 avril 2016
    La séance s’ouvre par l’annonce du vote du thème 3 sur le rapport au politique : abstention : 9% contre : 36%.
    Le débat reprend sur le thème 4 : le syndicalisme international. Des délégués expliquent leur travail dans des multinationales, leurs contacts avec les syndicats de différents pays. Une camarade sénégalaise est invitée à s’exprimer. Des camarades proposent l’organisation de grèves européennes (...)
  • Congrès : Notes du mercredi 20 avril

    21 avril 2016
    La matinée reprend avec le débat sur notre démarche syndicale, le thème 1. Les futurs comités régionaux inquiètent plusieurs délégués qui se prononcent pour une coordination des UD mais contre des « super-préfets ». Le seul amendement significatif intégré par la commission souligne, comme pour répondre aux craintes, qu’il faut donner plus de moyens aux unions locales. Un délégué de la construction (Toulouse) (...)
  • Congrès : Notes du mardi 19 avril

    20 avril 2016
    Après les applaudissements d’usages aux nouveaux invités présents (Solidaires et Unef mais l’arrivée d’un représentant du PCF n’est toujours pas anoncée), le bureau du congrès donne les réponses attendues : Oui il y aura une résolution d’actualité mais pas de commission : c’est le bureau du congrès qui la présentera. Non la commission candidature ne sera pas ouverte aux délégués puisqu’elle est déjà (...)
  • Congrès : Notes du lundi 18 avril

    19 avril 2016
    C’est au groupe musical Zabo qu’il revenait de donner le ton du congrès dans une interprétation pétillante d’une chanson de Georges Moustaki « je voudrais sans la nommer vous parler d’elle », une chanson écrite en 1969 à la gloire de la révolution permanente !
    Un cran en dessous du symbole, le secrétaire de l’UD des Bouches du Rhône dans son discours d’accueil faisait applaudir les luttes emblématiques (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0