Communistes libertaires de la CGT

Le questionnaire en question...

lundi 29 juillet 2019

Le questionnaire interne destiné aux militants et décidé par la direction confédérale est un échec en terme de remontées. Vu la pauvreté et la fermeture des questions, ce n’est guère étonnant.

Mais l’idée même de ce questionnaire pose... d’autres questions !

Comme si à la sortie d’un congrès confédéral, la direction ne savait pas ce que pensent et veulent les militants CGT ! Quel aveu d’échec pour un congrès qui en effet s’est réduit à de violents affrontements plus ou moins pertinents. Un échec non seulement pour la direction confédérale mais pour toutes les structures CGT.

La discussion des divergences, leur prise en compte autant que possible avec un esprit constructif et bienveillant ? On en est loin. La majorité des syndicats ont été incapables de préparer réellement le congrès. Et trop souvent les opinions défendues par les délégués n’étaient pas le reflet d’un réel mandat collectif et démocratique.

Mais ce n’est certainement pas en individualisant le débat via un questionnaire que l’on va résoudre cette crise du fonctionnement collectif. Un questionnaire à destination des syndicats aurait été bien plus pertinent, obligeant à des réflexions partagées et des choix collectifs. Car même si mille syndiqués répondent qu’ils sont « pour la grève », cela ne vaut aucune indication sur leur capacité à réellement mettre en grève leur secteur.

Encore faut-il pour cela que les syndicats aient les surfaces suffisantes pour fonctionner réellement. Le début de réflexion sur l’épuisement des syndicats d’entreprise n’aura accouché que de l’impasse des syndicats multi-pro, mini-ul qui fragiliseraient un peu plus les vraies UL s’ils se développaient vraiment ce qui semble peu probable. Nous continuerons donc à défendre le retour au syndicat local d’industrie comme l’une des pistes de réorganisation, de revitalisation de la vie syndicale.

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0