Communistes libertaires de la CGT

Patriotisme économique ? Les prolétaires n’ont toujours pas de pays !

dimanche 3 mai 2020

Le patriotisme économique est un slogan revendiqué par Le Pen comme par la gauche souverainiste et il est repris de temps en temps par Macron et ses ministres. Face au chômage de masse et structurel que nous connaissons, il parait une réponse simple et de bon sens. Le « patriotisme économique » qui prétend privilégier les entreprises françaises et leurs salariés sous-tend donc l’idée d’une convergence d’intérêts entre salariés et patrons.

Ce n’est pas entièrement faux : si les travailleurs des puissances coloniales ont pu arracher par la lutte des conditions sociales améliorées c’est aussi parce leurs patrons s’étaient grassement enrichis dans le pillage des colonies. Remarquons néanmoins que le concept n’est guère porteur d’émancipation des « prolétaires du monde entier » ; et qu’il porte une dangereuse confusion idéologique : mon patron serait moins mon ennemi que mon complice dans la spoliation des peuples colonisés.

Si le bon vieux temps des colonies est terminé, la mondialisation capitaliste ultra-libérale et son cortège de délocalisations faciles des productions de la marchandise permet la mise en concurrence entre eux des salariés de tous les pays. Et contre toute idée simpliste, les coûts de production ne sont pas les seuls motifs à l’investissement de capitaux hors de leurs frontières d’origines. Ainsi 2 millions de salariés français travaillent pour un patron « étranger ». Et parfois ils y trouvent de meilleures conditions sociales ! L’idée qu’il faut éventuellement sacrifier les intérêts des salariés des autres pays pour protéger les nôtres est dès lors une infamie politique mais aussi une impasse pratique.

Alors que nos concitoyens sont choqués en découvrant les conséquences de la dépendance industrielle de notre pays pour des produits devenus précieux (masques, tests etc...) Macron a affiché non seulement une possible nationalisation temporaire de certaines entreprises « stratégiques » mais aussi d’éventuelles relocalisations de productions. Qu’en est-il dans les faits ?

Nationalisations : les cadeaux distribués par milliards pour soutenir les fleurons du CAC 40 n’ont occasionné aucune montée de l’Etat au capital des sociétés concernées. Pourtant avec l’effondrement du cours de leurs actions, l’occasion était jouable de rachats massifs avec un retour d’un Etat planificateur. Quand aux relocalisations de production, rien de concret n’apparait et les économistes bourgeois dissertent sur un concept différent : le rapprochement des délocalisations. En clair, s’il faut partir de pays à bas coût, c’est pour installer les productions dans des pays moins exigeant politiquement (que la Chine dont les ambitions internationales peuvent inquiéter) et dont les coûts peuvent même être inférieurs (et les gouvernements plus obéissants) : l’Est de l’Europe, le Sud de la Méditerranée. Mais pas sur le territoire national tant il est vrai que la loi du marché... fait toujours sa loi et que les coûts de production fixent la boussole !

Contrôle des investissements étrangers dans les entreprises « stratégiques » : L’Etat encadre et peut stopper les investisseurs non-européens (fonds privés ou fonds souverains*) qui veulent investir dans une entreprise française** au delà de 25% de prise de participation. La liste des secteurs « sous contrôle » comprend : la défense, l’énergie, l’eau, l’espace, les télécoms, les transports, la santé publique, l’alimentation et les médias. Ici on trouve « enfin » des actes de patriotisme ! Non seulement Macron fait baisser la barre du contrôle à une prise de participation de 10% du capital, mais il élargit notoirement la liste des secteurs concernés par ce contrôle, dont la biotechnologie et les labos de recherche sur le Covid-19...

Conclusion simple : Il n’ y a de patriotisme économique qu’au profit des capitalistes français qui risquent d’être victimes d’OPA hostiles en période d’effondrement de la valeur des actions de leur entreprise, voire qui seraient tenter de vendre eux-mêmes la corde pour se faire pendre en échangeant de la dette contre des actions de leur propre société. Le reste n’est que discours démagogique et impasse souverainiste.

Remettons plutôt à jour l’idée ancienne d’une socialisation des moyens de production par expropriation des patrons et la mise en place d’une autonomie locale de production, autogestionnaire, dans le cadre d’un fédéralisme mettant fin à la concurrence entre travailleurs.

*Les fonds souverains sont des fonds spéculatifs détenus par un Etat dont l’utilité est à la fois économique et géo-stratégique.

**Est française une multinationale au capital côté à la bourse de Paris. Ses salariés, eux, sont planétaires.

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai 2019
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai 2019
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai 2019
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai 2019
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai 2019
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0