Communistes libertaires de la CGT

RSE : Non la CGT n’a pas à signer l’accord

lundi 29 janvier 2018

La Confédération est engagée depuis un an dans une négociation avec la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) autour d’un projet fumeux qui découle du Grenelle de l’Environnement à propos de la Responsabilité Sociale et Environnementale (RSE) des entreprises.

Le syndicat des patrons présente son projet clairement : associer les salariés à l’application des normes RSE ferait gagner 13% de résultats aux entreprises, favoriserait le « dialogue social » (c’est à dire l’intégration des salariés à leur propre exploitation) et enfin l’existence d’un Label RSE géré par un organisme « indépendant » devrait exonérer les entreprises des contrôles fait par les organismes de l’Etat.

La délégation confédérale propose aux organisations du CCN de se prononcer favorablement avant le 29 janvier. Concrètement pour la deuxième fois* en quelques semaines, les membres des Commissions Exécutives des fédérations et des Unions Départementales doivent se prononcer sur un sujet important, bien souvent sans même pouvoir en débattre collectivement lors d’une réunion plénière. Selon le calendrier des réunions des CE, les camarades sont simplement sondés par mail. Et encore on peut se demander s’ils sont réellement consultés dans toutes les structures...

La délégation confédérale propose de signer l’accord avec deux arguments :

1/La CPME a édulcoré la substitution du contrôle par les organismes d’Etat avec une formule qui néanmoins ouvre la porte :
« Etant entendu qu’elles ne sauraient déroger à leurs obligations légales, les entreprises pourraient bénéficier d’une présomption de conformité à la réglementation concernée par le label, ayant pour conséquence de simplifier les contrôles administratifs ». La délégation confédérale reconnait d’ailleurs que la formulation est « imparfaite »... C’est le moins qu’on puisse dire puisque le syndicat patronal explique sur son site que si l’on veut que les patrons fassent des efforts pour être sociaux et écolos il faut qu’il y gagnent quelque chose. En l’occurrence des allègements de contrôles !
2/L’accord marquerait selon notre délégation CGT « la volonté d’un rééquilibrage entre le rôle des dirigeants et le pouvoir d’intervention des salariés ; de rééquilibrer aussi considérations environnementales et considérations sociales (sont nommées notamment les préoccupations sociales en matière de formation, de diversité, d’employabilité, d’égalité professionnelle, de la qualité de vie au travail, de santé/sécurité au travail, de valorisation au travail qui doivent, pour chacun, faire l’objet d’engagements). » Franchement laissons ces chimères réformistes à la CFDT ! Elle fait ça mieux que nous, faire croire que les patrons vont partager leur pouvoir et leurs gains avec les salariés dans le cadre de gentilles négociations autour de normes écolos qui faciliterait l’accès à des appels d’offres...
*La première fois il s’agissait de repères revendicatifs par lesquels la CGT donnait, de fait, son feu vert aux compteurs Linky...

Débats du 51° congrès

  • Congrès : Notes du vendredi 22 avril

    23 avril 2016
    Courte séance ce vendredi matin. La CEC est élue très largement (entre 84 et 97%) ce qui pourrait surprendre après les votes des résolutions et la tension dans les débats. Il est probable que la majorité des syndicats expriment alors leur désir de tourner la page de la crise de direction ouverte avec l’affaire Lepaon. Probable aussi que le compromis imposé par la direction confédérale sur le thème de (...)
  • Congrès : Notes du jeudi 21 avril

    22 avril 2016
    La séance s’ouvre par l’annonce du vote du thème 3 sur le rapport au politique : abstention : 9% contre : 36%.
    Le débat reprend sur le thème 4 : le syndicalisme international. Des délégués expliquent leur travail dans des multinationales, leurs contacts avec les syndicats de différents pays. Une camarade sénégalaise est invitée à s’exprimer. Des camarades proposent l’organisation de grèves européennes (...)
  • Congrès : Notes du mercredi 20 avril

    21 avril 2016
    La matinée reprend avec le débat sur notre démarche syndicale, le thème 1. Les futurs comités régionaux inquiètent plusieurs délégués qui se prononcent pour une coordination des UD mais contre des « super-préfets ». Le seul amendement significatif intégré par la commission souligne, comme pour répondre aux craintes, qu’il faut donner plus de moyens aux unions locales. Un délégué de la construction (Toulouse) (...)
  • Congrès : Notes du mardi 19 avril

    20 avril 2016
    Après les applaudissements d’usages aux nouveaux invités présents (Solidaires et Unef mais l’arrivée d’un représentant du PCF n’est toujours pas anoncée), le bureau du congrès donne les réponses attendues : Oui il y aura une résolution d’actualité mais pas de commission : c’est le bureau du congrès qui la présentera. Non la commission candidature ne sera pas ouverte aux délégués puisqu’elle est déjà (...)
  • Congrès : Notes du lundi 18 avril

    19 avril 2016
    C’est au groupe musical Zabo qu’il revenait de donner le ton du congrès dans une interprétation pétillante d’une chanson de Georges Moustaki « je voudrais sans la nommer vous parler d’elle », une chanson écrite en 1969 à la gloire de la révolution permanente !
    Un cran en dessous du symbole, le secrétaire de l’UD des Bouches du Rhône dans son discours d’accueil faisait applaudir les luttes emblématiques (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0