Communistes libertaires de la CGT

Sexisme, homophobie et violence : indéfendables !

mercredi 13 septembre 2017

Les militants de la CGT sont des travailleuses et des travailleurs parmi d’autres. Leur conscience de classe se manifeste contre l’exploitation capitaliste mais ils ne sont pas à l’abri des préjugés sexistes, racistes, homophobes qui restent, malheureusement, puissants dans notre société.

La CGT a d’ailleurs une politique active sur ces thèmes. Les commissions femmes et LGBT sont soutenues par la direction confédérale. Les grèves de sans-papiers sont suivies et soutenues au plus haut niveau depuis de nombreuses années. Les formations syndicales de base intègrent de plus en plus ces thématiques. L’exclusion de militants connus comme militants FN est devenue automatique.

Les slogans homophobes type « Macron on t’encule » sont bien sûr inacceptables, même si les camarades qui les lancent n’y voient pas réellement une agression homophobe. Ceux là doivent entendre comment un camarade manifestant, par ailleurs homosexuel, peut ressentir ce genre de slogan.

Il semble avéré par ailleurs qu’à Paris le 12 sept, des militantes autonomes ont échangé des coups avec des militants participants au SO après des réactions sexistes qui répondaient à une agression verbale « traditionnelle » taxant les militants du SO de flics, fachos et autres infantiles amabilités.

Si nous renvoyons dos-à-dos les insultes stupides échangées, il n’est pas possible d’excuser ces violences physiques, quand bien même la provocation viendrait les expliquer. En Ile de France, la direction du SO fait de gros efforts d’éducation et de consignes envers les travailleurs qui y participent. Manifestement il faut faire plus et mieux.

Quant aux militant-es autonomes, nous leur disons encore une fois qu’au lieu de tenter de s’emparer de la direction des manifestations de masse qu’ils sont incapables de convoquer eux-mêmes, il serait plus utile et mieux compris qu’ils exercent leurs talents autrement et ailleurs, dans l’esprit des mobilisations alter-mondialistes et le respect des formes d’actions de chacun.

Débats du 51° congrès

  • Congrès : Notes du vendredi 22 avril

    23 avril 2016
    Courte séance ce vendredi matin. La CEC est élue très largement (entre 84 et 97%) ce qui pourrait surprendre après les votes des résolutions et la tension dans les débats. Il est probable que la majorité des syndicats expriment alors leur désir de tourner la page de la crise de direction ouverte avec l’affaire Lepaon. Probable aussi que le compromis imposé par la direction confédérale sur le thème de (...)
  • Congrès : Notes du jeudi 21 avril

    22 avril 2016
    La séance s’ouvre par l’annonce du vote du thème 3 sur le rapport au politique : abstention : 9% contre : 36%.
    Le débat reprend sur le thème 4 : le syndicalisme international. Des délégués expliquent leur travail dans des multinationales, leurs contacts avec les syndicats de différents pays. Une camarade sénégalaise est invitée à s’exprimer. Des camarades proposent l’organisation de grèves européennes (...)
  • Congrès : Notes du mercredi 20 avril

    21 avril 2016
    La matinée reprend avec le débat sur notre démarche syndicale, le thème 1. Les futurs comités régionaux inquiètent plusieurs délégués qui se prononcent pour une coordination des UD mais contre des « super-préfets ». Le seul amendement significatif intégré par la commission souligne, comme pour répondre aux craintes, qu’il faut donner plus de moyens aux unions locales. Un délégué de la construction (Toulouse) (...)
  • Congrès : Notes du mardi 19 avril

    20 avril 2016
    Après les applaudissements d’usages aux nouveaux invités présents (Solidaires et Unef mais l’arrivée d’un représentant du PCF n’est toujours pas anoncée), le bureau du congrès donne les réponses attendues : Oui il y aura une résolution d’actualité mais pas de commission : c’est le bureau du congrès qui la présentera. Non la commission candidature ne sera pas ouverte aux délégués puisqu’elle est déjà (...)
  • Congrès : Notes du lundi 18 avril

    19 avril 2016
    C’est au groupe musical Zabo qu’il revenait de donner le ton du congrès dans une interprétation pétillante d’une chanson de Georges Moustaki « je voudrais sans la nommer vous parler d’elle », une chanson écrite en 1969 à la gloire de la révolution permanente !
    Un cran en dessous du symbole, le secrétaire de l’UD des Bouches du Rhône dans son discours d’accueil faisait applaudir les luttes emblématiques (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0