Communistes libertaires de la CGT

CCN 15/16 nov : Salaires et retraites à l’agenda

lundi 14 novembre 2022

A l’approche du 53° congrès de la CGT, il est à craindre que les rivalités et ambitions prennent le pas sur l’actualité sociale : réforme de l’assurance chômage, inflation/salaires et réforme des retraites.

La réforme de l’assurance chômage, durcie par la droite au Sénat, vise à deux objectifs : baisser globalement les prestations et faire pression pour que les travailleurs acceptent n’importe quel CDI mal payé et/ou ultra-contraignant. Il s’agit clairement d’une offensive pour augmenter l’exploitation capitaliste en intensité.

Le retour d’une inflation importante souligne l’urgence pour la CGT de rétablir son propre indice des prix. En effet, comment croire que l’inflation officielle tourne autour de 6% quand les prix des aliments et de l’énergie s’envolent très au delà de 10% ? Mais le CCN doit aussi tirer un bilan clair de la récente période. Car si des luttes très courageuses ont été engagées ici et là, notamment dans les raffineries, force est de tirer, hélas, un bilan d’échec des journées à répétition. Il était pourtant évident depuis le demi-succès de la journée d’action de septembre, préparée de longue date, que notre classe n’était pas prête à engager un bras de fer général sur les salaires. S’il était encore possible d’espérer une augmentation des grèves dans le sillage des raffineries, l’échec de la première journée aurait du nous épargner l’échec encore plus net de la seconde. Il est d’ailleurs assez curieux de constater qu’un certain gauchisme ultra-volontariste en vogue dans des structures de Solidaires trouve écho dans des structures CGT animées par des post-staliniens... D’autant qu’il y a fort à parier que ces mêmes post-staliniens nostalgiques seraient les premiers à nous expliquer « qu’il faut savoir cesser une grève » si jamais elle se généralisait pour de bon...

Sauf dans la fonction publique où le point d’indice est naturellement unificateur, il faut bien comprendre que dans le privé tout est question d’une temporalité propre à une entreprise, un groupe, une convention collective... Et qu’il est donc fort peu probable qu’un mouvement d’ensemble conséquent sur les salaires survienne d’un appel confédéral. Il conviendrait donc d’être capables de construire à ces différents niveaux (atelier, entreprise, groupe, branche) des mouvements coordonnés avant d’imaginer une journée nationale réussie. Or on est loin, malheureusement, d’avoir construit à l’échelle de proximité dont le premier barreau serait une grève à l’occasion des NAO dans les entreprises.

Plutôt que des appels incantatoires sur les salaires, c’est sur les retraites que le CCN doit travailler à un agenda clair, sur des revendications claires dans l’unité syndicale la plus large possible. De toute évidence c’est durant l’hiver que Macron veut passer en force tout à la fois un allongement du nombre de trimestres et un recul de l’âge de départ. Il y a donc urgence à bâtir un argumentaire grand public et un calendrier de mobilisation partagé.

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai 2019
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai 2019
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai 2019
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai 2019
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai 2019
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0