Communistes libertaires de la CGT

Laurent Brun au secours de Fabien Roussel : misère de la théorie !

jeudi 15 septembre 2022

Dans un long développement sur sa page Facebook Laurent Brun, secrétaire général de la fédé CGT des Cheminots, vole au secours de Roussel pendant que ce dernier s’enfonce toujours plus loin dans sa posture démagogique contre « les assistés » et contre « le droit à la paresse » qui n’est pourtant pas un brûlot anarchiste mais bien un classique de la littérature marxiste, rédigé par un gendre de Karl Marx, Paul Lafargue en 1880.

Laurent Brun tente de se la jouer théoricien pour expliquer que les communistes ne sont pas contre « les allocations » mais favorables à un emploi pour toutes et tous ce qui rendrait « les allocs » inutiles. Comme si l’enjeu était là ! Des gens « de gauche » qui seraient contre le travail...

Et Laurent Brun de nous expliquer que le marqueur travail/alloc recouvrirait la coupure entre révolutionnaires et réformistes. On a envie de lui répondre que si la différence entre révolutionnaires et réformistes tenait à si peu de choses, il faut cesser tout de suite un siècle et demi de polémiques et scissions dans le mouvement ouvrier et reconstruire tous ensemble la Première Internationale !

Plus sérieusement, faire de la lutte pour un emploi pour tous et le partage du temps de travail avec un bon salaire un critère révolutionnaire c’est prendre une juste revendication transitoire pour un objectif communiste et enterrer la double besogne au coeur de la Charte d’Amiens : défendre les revendications immédiates dans le capitalisme et en même temps avancer vers l’abolition du capital et du salariat !

Il est urgent que les syndicalistes membres du PCF prennent leur distance avec les provocations de Fabien Roussel. Tous les travailleurs à faibles salaires touchent l’une ou l’autre des allocations sociales au titre du salaire différé pour lequel ils cotisent chaque heure travaillée. Diviser notre classe ouvrière entre « fainéants » et « privilégiés » travaillant avec des droits, c’est contribuer aux pires discours des patrons et de l’extrême-droite.

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai 2019
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai 2019
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai 2019
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai 2019
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai 2019
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0