Communistes libertaires de la CGT

5 déc : Unité et confusion dans le 95

samedi 16 novembre 2019

APPEL DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU VAL D’OISE
réunie le 6 novembre 2019, pour construire une grève massive et reconductible

Extraits :

« Pour retrouver notre dignité, pour reprendre notre destin en main et ne plus subir la grève reconductible est l’arme dont peuvent s’emparer les salarié.es du public et du privé ! »

« Organiser des assemblées générales et actions revendicatives sur l’ensemble du département pour impulser l’action la plus large possible le 5 décembre 2019 et d’en faire le début d’une grande lutte gagnante. »

« Organiser des assemblée de salariés grévistes dans les entreprises et services publics du 95, pour proposer la reconduction de la grève jusqu’à satisfaction. »

« À organiser des initiatives d’informations et de luttes avec les citoyens et salariés. »

« Organisations signataires du Val d’Oise : CGT 95, FO 95, Sud Éducation 95, Solidaires 95, GRS 95, PG 95, PCF 95, FI 95, EELV 95, NPA 95, Attac, Stylos Rouges. »

Il serait facile de se réjouir d’un nouvel appel unitaire et de passer à côté du problème politique posé par l’amalgame syndicats/partis, y compris au nom de l’efficacité. Mais justement c’est au nom de l’efficacité que nous contestons la pertinence d’un appel associant syndicats et partis. Au delà des débats habituels sur l’indépendance syndicale ou la récupération politicienne, il faut tout même entendre que bien des travailleurs n’ont pas oublié que le PCF, Les Verts et Mélenchon furent ministres dans des gouvernements socialistes qui s’attaquaient déjà à leurs acquis ! Et que ces partis ne représentent nullement une alternative désirable, au mieux un pis aller face à Le Pen...
Si pour se refaire une virginité certains partis réformistes soutiennent de leur côté le mouvement, tant mieux, même si leurs gros sabots sont cousus de fil blanc à l’approche des élections municipales ! Mais qu’ils laissent aux travailleurs et à leurs syndicats le soin d’organiser la grève générale. Car pour nous le débouché politique de la grève générale ne saurait être un nouveau Programme Commun mais l’expropriation concrète des capitalistes.

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0