Communistes libertaires de la CGT

Actionnaire : je vote dividendes !

samedi 13 mai 2017

Malgré les promesses d’un capitalisme populaire qui devait apaiser la lutte des classes dans la France des Trente Glorieuses, l’adhésion massive aux jeux boursiers ne s’est envolée vraiment que dans les années 80, quand Mitterrand va donner un coup d’accélérateur à l’idéologie libérale avec l’aide de la figure de Bernard Tapie, et avec la revente des entreprises nationalisées en 81.

Le nombre d’actionnaires culmina en 2007 avec plus de 7 millions d’actionnaires individuels. Mais le petit épargnant effrayé par la crise de 2008 a fuit en masse et le nombre d’actionnaires en France est tombé à 3 millions en 2015.

Face à la très grande colère provoquée par les salaires délirants des PDG du CAC 40, le gouvernement Hollande a timidement repris le refrain de la « démocratie actionnariale » en donnant aux AG annuelles un droit de regard sur les rémunérations des dirigeants. L’effet direct de l’interventionnisme des actionnaires est de renforcer la bienveillance du conseil d’administration en faveur des actionnaires qui applaudissent l’envol des dividendes versés mais aussi les manoeuvres visant à faire monter la valeur de l’action. Ainsi les 120 plus grosses capitalisations ont consacrées 14,4 milliards d’euros à racheter leurs propres actions en 2016 ! Autant d’argent qui ne vont ni aux salariés, ni même aux investissements. Le montant des dividendes s’est lui aussi envolé : au début des années 80 les grandes sociétés cotées partageaient les bénéfices en investissant dans le développement de l’entreprise le double des sommes offertes aux actionnaires. C’est aujourd’hui le rapport inverse : les dividendes pèsent le double des investissements ! Non seulement l’actionnaire vole les richesses produites par les travailleurs mais sa gourmandise est telle que l’avenir même de la société n’est pas son soucis... L’unique préoccupation de l’actionnaire sera toujours d’acheter au plus bas pour revendre au plus haut ses actions et entre temps se faire payer des dividendes maximum.

Et les actionnaires savent être redevables aux dirigeants, et pas seulement dans les grands groupes. Les manageurs des entreprises moyennes sont également à la fête ! Les salaires des dirigeants des boites du SBF 120, le CAC 40 des grosses PME, ont augmenté de 20% en 2016 pour une moyenne de 3,5 millions d’euros par an. Avec l’aval de l’AG des actionnaires.

Débats du 51° congrès

  • Congrès : Notes du vendredi 22 avril

    23 avril 2016
    Courte séance ce vendredi matin. La CEC est élue très largement (entre 84 et 97%) ce qui pourrait surprendre après les votes des résolutions et la tension dans les débats. Il est probable que la majorité des syndicats expriment alors leur désir de tourner la page de la crise de direction ouverte avec l’affaire Lepaon. Probable aussi que le compromis imposé par la direction confédérale sur le thème de (...)
  • Congrès : Notes du jeudi 21 avril

    22 avril 2016
    La séance s’ouvre par l’annonce du vote du thème 3 sur le rapport au politique : abstention : 9% contre : 36%.
    Le débat reprend sur le thème 4 : le syndicalisme international. Des délégués expliquent leur travail dans des multinationales, leurs contacts avec les syndicats de différents pays. Une camarade sénégalaise est invitée à s’exprimer. Des camarades proposent l’organisation de grèves européennes (...)
  • Congrès : Notes du mercredi 20 avril

    21 avril 2016
    La matinée reprend avec le débat sur notre démarche syndicale, le thème 1. Les futurs comités régionaux inquiètent plusieurs délégués qui se prononcent pour une coordination des UD mais contre des « super-préfets ». Le seul amendement significatif intégré par la commission souligne, comme pour répondre aux craintes, qu’il faut donner plus de moyens aux unions locales. Un délégué de la construction (Toulouse) (...)
  • Congrès : Notes du mardi 19 avril

    20 avril 2016
    Après les applaudissements d’usages aux nouveaux invités présents (Solidaires et Unef mais l’arrivée d’un représentant du PCF n’est toujours pas anoncée), le bureau du congrès donne les réponses attendues : Oui il y aura une résolution d’actualité mais pas de commission : c’est le bureau du congrès qui la présentera. Non la commission candidature ne sera pas ouverte aux délégués puisqu’elle est déjà (...)
  • Congrès : Notes du lundi 18 avril

    19 avril 2016
    C’est au groupe musical Zabo qu’il revenait de donner le ton du congrès dans une interprétation pétillante d’une chanson de Georges Moustaki « je voudrais sans la nommer vous parler d’elle », une chanson écrite en 1969 à la gloire de la révolution permanente !
    Un cran en dessous du symbole, le secrétaire de l’UD des Bouches du Rhône dans son discours d’accueil faisait applaudir les luttes emblématiques (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0