Communistes libertaires de la CGT

Echos de la séance du lundi 13 mai

mardi 14 mai 2019

Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).

Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs reprises y compris le secrétaire général évoque sans fard telle ou telle difficulté : syndiqués individuels, communication confédérale, formation syndicale... A l’image de son discours de Marseille où il avait désamorcé la critique de l’attentisme confédéral en prenant ses distances avec le « syndicalisme rassemblé », Martinez a délivré un discours qui pose toutes les questions, sans fermer les réponses mais sans vraiment en proposer non plus. Tentant habilement de donner satisfaction aux multiples sensibilités qui traversent l’appareil CGT.

Ainsi des questions internationales : évoquant à tour de rôle des syndicats affiliés CSI et d’autres affiliés FSM, il réussit à les faire tous applaudir pour conclure que l’internationalisme se moque des postures et des affiliations mais se concentre sur le travail réel. Il marque un point en relevant que 107 délégués étrangers venant de 60 pays sont présents. Un record dit-il. Dimanche lors de la journée internationale qui se tenait avant l’ouverture du congrès, les pro-FSM se sont retrouvés en difficulté devant un syndicaliste iranien indépendant, tout juste sorti de prison, qui doit faire face au syndicat officiel du régime iranien, membre de la FSM... Martinez était en revanche un peu moins convaincant en se félicitant des 48% obtenus avec le soutien de la CGT, par une dirigeante de la CGIL italienne pour la direction de la CSI. Car si se score est un échec relatif pour la direction de la CSI, c’est aller un peu vite que d’affirmer le retour de la lutte des classes dans la CSI !

Offensif contre Castaner et la manoeuvre policière organisée le 1° Mai à Paris contre la CGT, il réussit aussi un exercice d’équilibre à propos des Gilets jaunes en soulignant, ce qui n’est pas faux, que si les manifs du samedi sont utiles, les grèves en semaines le sont aussi.

Se réclamant sans ambiguïté d’un syndicalisme du rapport de force « je n’ai jamais convaincu un patron avec des arguments », il confirme une orientation lutte de classe (celle que les médias de lundi, confortés par l’interview de Le Paon dans Le Figaro, dénonce comme responsable du recul des forces CGT). Mais il reste relativement évasif sur le contenu de classe d’un projet politique anti-capitaliste. Ainsi en se réclamant de la déclaration fondatrice de l’OIT : « le travail n’est pas une marchandise », il reprend à son compte un voeux pieu du syndicalisme réformiste. Car justement dans le capitalisme, le travail est une marchandise comme les autres constat qui débouche sur la double besogne chère à la Charte d’Amiens...

Après un long plaidoyer en défense des UL, manifestement destiné à rassurer face à la mise en place des comités régionaux aux pouvoirs renforcés, il a aussi pris soin de rappeler que statutairement notre fédéralisme laissait toute autonomie aux structures CGT, mais qu’elles devaient toujours rechercher une indispensable coopération. Là encore des mots pour ne froisser personne...

Au final un discours ponctué d’applaudissements sans enthousiasme excessif mais sans sifflets non plus. Mardi avec la parole aux délégués nous saurons jusqu’à quel point le déminage a fonctionné !

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Un article dans Alternative libertaire

    8 avril
    Nous tenterons de publier tous les articles trouvés dans la presse libertaire à propos du 52° congrès. Voici celui d’Alternative libertaire ; mars 2019 :
    CGT : Voyage entre les lignes du 52e congrès confédéral
    Le 51e congrès, en 2016, avait stabilisé une direction légitime après les errements des dernières années Thibault et la parenthèse Le Paon. Mais il n’avait réglé aucun débat stratégique. À la peine (...)
  • CSR : Réflexions sur le 52° Congrès

    8 mai
    Les camarades des CSR, qui se revendiquent comme les continuateurs du syndicalisme révolutionnaire, ont publié une analyse à la veille du Congrès. Nous la relayons ici comme un élément des débats qui auront lieu à Dijon :
    https://www.syndicaliste.com/52eme-...

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0