Communistes libertaires de la CGT

Mélenchon et la Charte d’Amiens

samedi 4 novembre 2017

Nouvelle polémique ouverte par Mélenchon sur le thème : si on m’avait laisser diriger la lutte on aurait gagné...

Extraits de son blog en date du 31 octobre :

« La « Charte d’Amiens » sans cesse invoquée une nouvelle fois aura eu bon dos. Il serait temps que nombre de ceux qui s’y réfèrent pour stigmatiser la présence des organisations politiques dans le combat social se demandent si ce document qui date de 1905 et résulte de la bataille entre marxistes et anarchistes au début du siècle précédent doit rester un dogme sans nuance 111 ans plus tard. Car ce texte fixe une stratégie d’unité ouvrière en tenant à distance les « sectes socialistes » (à l’époque, en 1905, il y a cinq partis socialistes) pour permettre le déclenchement de la « grève générale révolutionnaire »… Parmi les dirigeants du mouvement social actuel, qui a l’intention de préparer aujourd’hui une « grève générale révolutionnaire » comme cela est prévu dans la « charte d’Amiens » ? Personne ! »

Ce premier passage appelle deux commentaires :

  • Les partis ouvriers électoralistes aujourd’hui sont dans le même état d’éclatement et de sectarisme qu’au tournant du 20° siècle. Les anarchistes et les syndicalistes révolutionnaires avaient alors deux objectifs : préserver l’unité de la CGT des rivalités sectaires et prémunir le mouvement ouvrier des illusions réformistes. Comme qui dirait que la Charte d’Amiens garde toute son actualité...
  • Oui peu de dirigeants syndicaux aujourd’hui évoquent la grève générale expropriatrice mais que je sache les mélenchonistes non plus. Hélas...

Ces autres extraits sont plus clairs encore :

« Bien-sûr, le 16 novembre, il faut être dans la mobilisation syndicale. Comme à chaque étape, « La France insoumise » mobilise aux côtés des syndicats alors que l’inverse n’est jamais vrai. Personne, y compris parmi ceux qui donnent des leçons, ne mobilise autant. Il faut donc en finir avec cette hypocrisie. En tous cas je le dis clairement : les organisations politiques ont toute leur place dans la mobilisation et la conduite du mouvement de résistance sociale. »

L’extériorité affichée par la France Insoumise au mouvement social est frappante. Prétendre que « personne ne mobilise autant » que la FI est par ailleurs grotesque. Mais bienvenue aux militants de la FI qui se syndiqueront, qui feront le tour de leurs ateliers pour les mettre en grève, qui organiseront la convergence des différentes professions pour coordonner enfin la grève générale ! Nous n’avons pas besoin de chefs politiques mais d’animateurs de syndicats.
Enfin, il faut une nouvelle fois rappeler que Mélenchon porte une responsabilité directe dans le désenchantement, la désillusion qui frappe le prolétariat pour avoir été si longtemps dirigeant du PS, sénateur, secrétaire d’Etat... Avant de prétendre diriger les grèves, qu’il apprenne déjà à travailler.

Débats du 51° congrès

  • Congrès : Notes du vendredi 22 avril

    23 avril 2016
    Courte séance ce vendredi matin. La CEC est élue très largement (entre 84 et 97%) ce qui pourrait surprendre après les votes des résolutions et la tension dans les débats. Il est probable que la majorité des syndicats expriment alors leur désir de tourner la page de la crise de direction ouverte avec l’affaire Lepaon. Probable aussi que le compromis imposé par la direction confédérale sur le thème de (...)
  • Congrès : Notes du jeudi 21 avril

    22 avril 2016
    La séance s’ouvre par l’annonce du vote du thème 3 sur le rapport au politique : abstention : 9% contre : 36%.
    Le débat reprend sur le thème 4 : le syndicalisme international. Des délégués expliquent leur travail dans des multinationales, leurs contacts avec les syndicats de différents pays. Une camarade sénégalaise est invitée à s’exprimer. Des camarades proposent l’organisation de grèves européennes (...)
  • Congrès : Notes du mercredi 20 avril

    21 avril 2016
    La matinée reprend avec le débat sur notre démarche syndicale, le thème 1. Les futurs comités régionaux inquiètent plusieurs délégués qui se prononcent pour une coordination des UD mais contre des « super-préfets ». Le seul amendement significatif intégré par la commission souligne, comme pour répondre aux craintes, qu’il faut donner plus de moyens aux unions locales. Un délégué de la construction (Toulouse) (...)
  • Congrès : Notes du mardi 19 avril

    20 avril 2016
    Après les applaudissements d’usages aux nouveaux invités présents (Solidaires et Unef mais l’arrivée d’un représentant du PCF n’est toujours pas anoncée), le bureau du congrès donne les réponses attendues : Oui il y aura une résolution d’actualité mais pas de commission : c’est le bureau du congrès qui la présentera. Non la commission candidature ne sera pas ouverte aux délégués puisqu’elle est déjà (...)
  • Congrès : Notes du lundi 18 avril

    19 avril 2016
    C’est au groupe musical Zabo qu’il revenait de donner le ton du congrès dans une interprétation pétillante d’une chanson de Georges Moustaki « je voudrais sans la nommer vous parler d’elle », une chanson écrite en 1969 à la gloire de la révolution permanente !
    Un cran en dessous du symbole, le secrétaire de l’UD des Bouches du Rhône dans son discours d’accueil faisait applaudir les luttes emblématiques (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0