Communistes libertaires de la CGT

Violences sexistes : Le communiqué des militantes frappées

mercredi 13 septembre 2017

Nous publions le communiqué ci-joint des militantes agressées en fin de manif à Paris le 12 sept. Devant l’évidence des faits, vérifiés par nos soins, une expression publique de la CGT est nécessaire. Aucune provocation verbale ou physique ne pourrait justifier la réaction de membres du SO ce jour :

Communiqué suite à l’agression violente de 5 femmes à la manifestation du 12 septembre 2017 par le SO de la CGT

Ce mardi 12 septembre, lors de la manifestation parisienne contre la loi travail XXL, des membres du service d’ordre (SO) de la CGT ont agressé des militantes féministes. L’une d’entre elles a fini aux urgence, avec des contusions à la tête, un cocard (contusions avec hématomes de la pommettes à l’arcade) et une entorse au poignet gauche. Chacune d’entre elles souffre de multiples contusion et hématomes.
« À la fin de la manifestation nous regardions les cortèges passer lorsque un membre du SO nous a invectivée. Lorsque l’une d’entre nous a réagi à leurs propos sexistes,les membres du SO (environ une vingtaine d’hommes) se sont déployés sur nous cinq. »
« J’ai été frappée au visage, un des membres du SO m’a empoignée par derrière avant de m’envoyer un coup de poing au niveau de l’oeil droit. J’ai voulu me dégager, mais ils se sont mis à plusieurs pour me tenir et l’un d’entre eux m’a violemment tordu le bras, ils m’ont alors frappée à coups de casque sur la tempe et sur le haut du crâne. Dès le premier impact j’ai entendu mes amies hurler et réagir. »
« J’ai vu ma camarade se faire frapper au visage par aux moins trois hommes. J’ai voulu aller la défendre et là j’ai été saisie à la gorge par derrière, mise à terre et maintenue au sol. Au moins deux hommes ont commencé à me porter et me tirer vers l’intérieur du SO. Mes camarades leurs ont criés de me lâcher mais ont dut intervenir physiquement et me tirer afin de me libérer, les hommes me maintenant au sol refusant de lâcher prise, cela, alors que j’étais deja blessée à la main droite suite à un débris de grenade"
« Voyant ma camarade être frappée au visage, je me suis aussitôt dirigée vers elle. J’ai été immobilisée par plusieurs hommes du SO, et poussée violement au niveau de la poitrine. Je me suis retournée et vois une autre camarade mise à terre et portée vers le milieu du cortège. Je me suis dégagée et j’ai hurlé qu’ils la lâchent. J’ai tiré le bras de l’un des hommes qui l’a tenait. iI l’a lâchée et j’ai été poussée sur le côté. Autour de nous il y avait au moins 10 hommes qui nous bloquaient et regardaient faire »
« J’ai voulu intervenir pour défendre ma camarade mais j’ai été immédiatement agrippée par l’épaule et balayée d’un coup de pied par un membre du SO de la CGT qui m’a jetée à terre dans l’eau »
« J’ai vu que mes camarades étaient en difficulté, j’ai voulu approcher Dess hommes du SO m’ont repoussée violement au point de raviver la douleur d’une entorse que j’avais au doigt "
Nous, militantes féministes libertaires de différents collectifs, organisations et syndicats, condamnons fermement cette agression d’une incroyable violence.
Nous notons la solidarité totale des membres du SO de la CGT entre eux, y compris quand il s’agit de passer à tabac des militantes féministes.
Nous nous inquiétons de l’absence totale de réactions des manifestants face à cette scène et ce qu’elle signifie en terme de banalisation des violences faîtes au femmes.
La peur doit changer de camp, y comprid dans nos manifestations.
Nous notons que le milieu militant produit des agressions sexistes, reproduit les violences patriarcales et tolère les plus graves agressions contre les femmes. Nous insistons sur le fait que les manifestations comme tout autre cadre collectif doivent être des lieux ou les femmes peuvent se rendre sans craindre pour leur intégrité morale et physique.
Nous demandons aux collectifs, organisations et syndicats une condamnation claire de notre agression et des méthodes employées par les membres du SO de la CGT.

Toucher à lune d’entre nous c’est toucher à toutes !
La lutte des classes est féministe !

Contact : agression.manif12.09 gmx.fr

Débats du 51° congrès

  • Congrès : Notes du vendredi 22 avril

    23 avril 2016
    Courte séance ce vendredi matin. La CEC est élue très largement (entre 84 et 97%) ce qui pourrait surprendre après les votes des résolutions et la tension dans les débats. Il est probable que la majorité des syndicats expriment alors leur désir de tourner la page de la crise de direction ouverte avec l’affaire Lepaon. Probable aussi que le compromis imposé par la direction confédérale sur le thème de (...)
  • Congrès : Notes du jeudi 21 avril

    22 avril 2016
    La séance s’ouvre par l’annonce du vote du thème 3 sur le rapport au politique : abstention : 9% contre : 36%.
    Le débat reprend sur le thème 4 : le syndicalisme international. Des délégués expliquent leur travail dans des multinationales, leurs contacts avec les syndicats de différents pays. Une camarade sénégalaise est invitée à s’exprimer. Des camarades proposent l’organisation de grèves européennes (...)
  • Congrès : Notes du mercredi 20 avril

    21 avril 2016
    La matinée reprend avec le débat sur notre démarche syndicale, le thème 1. Les futurs comités régionaux inquiètent plusieurs délégués qui se prononcent pour une coordination des UD mais contre des « super-préfets ». Le seul amendement significatif intégré par la commission souligne, comme pour répondre aux craintes, qu’il faut donner plus de moyens aux unions locales. Un délégué de la construction (Toulouse) (...)
  • Congrès : Notes du mardi 19 avril

    20 avril 2016
    Après les applaudissements d’usages aux nouveaux invités présents (Solidaires et Unef mais l’arrivée d’un représentant du PCF n’est toujours pas anoncée), le bureau du congrès donne les réponses attendues : Oui il y aura une résolution d’actualité mais pas de commission : c’est le bureau du congrès qui la présentera. Non la commission candidature ne sera pas ouverte aux délégués puisqu’elle est déjà (...)
  • Congrès : Notes du lundi 18 avril

    19 avril 2016
    C’est au groupe musical Zabo qu’il revenait de donner le ton du congrès dans une interprétation pétillante d’une chanson de Georges Moustaki « je voudrais sans la nommer vous parler d’elle », une chanson écrite en 1969 à la gloire de la révolution permanente !
    Un cran en dessous du symbole, le secrétaire de l’UD des Bouches du Rhône dans son discours d’accueil faisait applaudir les luttes emblématiques (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0