Communistes libertaires de la CGT

32h : Une mesure « finançable »...

vendredi 8 avril 2022

La Commission exécutive confédérale (CEC) du 5 avril dernier a validé le matériel de campagne pour les 32 heures qui sera présenté au CCN de mai. Dommage que le travail n’ait pas pu aboutir plus tôt, cela aurait permis à la CGT de peser positivement durant ces longs mois durant lesquels la tambouille électoraliste a pris tant de place dans le quotidien de trop de militants syndicaux...

La CEC annonce cependant un matériel de campagne ambitieux, prenant le temps de contrer un à un les arguments habituels contre la réduction du temps de travail. Tant mieux. On attends avec impatience le jugement sur les 35h du gouvernement Jospin/Gayssot, tant la loi Aubry fut l’occasion d’une destruction profonde du droit du travail imposant annualisation et flexibilité du temps de travail en échange du passage de 39 à 35h. A l’époque nous n’étions pas nombreux à nous y opposer... Un « donnant-donnant » tellement avantageux que les patrons ne l’ont finalement jamais vraiment remis en cause malgré les cris d’orfraies et les promesses de la droite.

Reste un volet de la campagne qui nous questionne : les 32h seraient « finançables » et la CGT se fait fort de le démontrer. Comment en régime capitaliste serait-il possible de travailler moins et de gagner plus ? Une seule explication : en prenant un peu sur les profits. Mais alors la réduction du temps de travail ne serait plus une revendication phare destinée à faire tomber le capitalisme ? Juste une mesure parfaitement absorbable, soutenable dans le cadre de la société d’exploitation des salariés ? Une revendication purement réformiste donc ?

Nous sommes bien sûrs preneurs de toute bataille pour des réformes positives qui nous rapprochent de l’effondrement du capitalisme. Mais c’est alors qu’il faut en conclure que 32h c’est bien timoré si c’est « finançable ». En avant vers les 25 heures ?

Débats du 52° congrès

  • Echos de la séance du vendredi 17 mai

    18 mai 2019
    La séance s’ouvre sur l’annonce des résultats de l’élection de la CEC et celle de la CFC. Une moyenne globale annoncée de 89% pour la liste ce qui cache bien sûr quelques disparités... Mais les résultats de chaque candidat ne sont pas annoncés. Avec cette brutalité très particulière dont la bureaucratie CGT est capable, ni les scores ni les noms des 4 camarades présentés en plus de la liste officielle (...)
  • Echos de la séance du jeudi 16 mai

    17 mai 2019
    La séance s’ouvre avec la présentation de motions de soutiens à diverses luttes telles que le congrès en adopte plusieurs, sans plus de discussion. L’une pourtant aurait mérité d’être relue avec les yeux du syndicalisme écologique que la CGT souhaite incarner : celle présentée par la fédération de l’agro-alimentaire. Il s’agit du soutien aux grévistes de la sucrerie de Toury (eure et loire) dont l’usine (...)
  • Echos de la séance du mercredi 15 mai

    16 mai 2019
    La séance du matin reprend avec la fin du débat sur le préambule et le thème 1 du document d’orientation. Encore beaucoup d’interventions autour des questions écologiques mais aucun congressiste n’ose évoquer la question du nucléaire qui reste tabou ! Une militante de la FERC rappelle le bilan de la répression frappant les Gilets jaunes parmi lesquels des militants CGT et propose que la CGT appelle à (...)
  • Echos de la séance du mardi 14 mai

    15 mai 2019
    Alors que la journée devait rester plutôt terne, des militants de l’union syndicale de la Ville de Paris accueillaient les congressistes avec un bonbon et un flash code renvoyant à un petit clip contre le sexisme. Une initiative directement connectée aux tensions internes des différentes structures CGT des territoriaux parisiens.
    Un court rapport d’activité pointait entre autres sujets la (...)
  • Echos de la séance du lundi 13 mai

    14 mai 2019
    Outre l’élection des différentes commissions de congrès qui donne toujours lieu à quelques agacements et tensions sans grande importance réelle, l’essentiel de la journée s’est résumé dans le long discours d’introduction de Philippe Martinez (1h 40).
    Curieux discours au demeurant, ni vraiment rapport d’activité, ni rapport d’orientation mais où aucune difficulté n’est passée sous silence. A plusieurs (...)

Site réalisé avec SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0